Un bilan pratique à mi-parcours

Avant de partir, quand je lisais les blogs de familles tourdumondistes, j’appréciais les retours d’expériences sur des points très pratiques. A notre tour de donner de l’information.

La santé tout d’abord, si la santé va, tout va. A quelques médicaments de base près, notre trousse de pharmacie est quasi-intacte. Nous avons de la chance. Pour les protections contre le paludisme, nous prenons nos précautions : traitement préventif de malarone deux fois (au Botswana et à Sumatra) puis répulsifs et vêtements longs à chaque tombée de la nuit dans les zones douteuses (soit une grande partie de l’Asie du sud-est). Nous passons aussi quelques nuits sous les moustiquaires.

Pour les vaccins, on se demande parfois si la vaccination contre la rage n’aurait pas été souhaitable. Nous croisons des chiens partout et des singes assez souvent. Une morsure est vite arrivée, nous l’avons remarqué auprès d’autres familles voyageuses. La vigilance doit être maximum pour les enfants.

L’itinéraire. Il est déterminé par le choix des destinations, par les grandes routes aériennes et par des questions de budget. Pour l’instant, nous respectons dans les grandes lignes ce que nous avions prévu, en ayant laissé une part à l’improvisation.

Cela dit, on s’est rendu compte qu’au début, on avait envie de courir à droite à gauche, de tout voir. Au début de notre tdm, en Afrique australe, nous avons beaucoup roulé. Quand on imagine un itinéraire sur un planisphère, on s’emballe en occultant un peu les temps de parcours. Et si on calcule à la louche, on a tendance à le faire avec les normes françaises. En Afrique, on ne dépassait pas les 100 km/h.  A peu près partout en Asie du sud-est, un bus ou un train avance en moyenne à 20 ou 25 kms / heure seulement. Je n’aime pas tellement l’avion pour les courtes distances, mais nous avions quelques points de passages en Asie. Or, quelques compagnies low-cost proposent des tarifs ultra-compétitifs et permettent de rallier des villes en seulement une heure quand il en faut une trentaine en bus. Nous avons donc pris quelques vols supplémentaires « intérieurs » pour réduire les distances.

Sur cette première partie de voyage, nous passons en moyenne 2,5 nuits dans le même hébergement. Aujourd’hui, nous apprécions de rester trois, quatre ou cinq nuits dans le même lieu et de faire une croix sur une région voisine à 100 kilomètres « qu’il ne faut pas manquer » d’après le guide du routard ou le lonely planet. Bref, attention au rythme. Parfois, « on voyage plus » en restant plus longtemps au même endroit.

Le budget. Là-aussi, pour l’instant c’est respecté. On ne se prive pas, mais on discute beaucoup les prix et on suit chaque dépense au centime près. En fait, on note tout (ce qui est tout à fait nouveau pour moi). En résumé, on gère en fonction d’un budget de vie par jour et par personne. Il faut bien déterminer ce budget pour chaque pays avant de partir, sachant qu’en deux ou trois ans, ça change pas mal. A noter que le paramètre haute saison (à Noël par exemple) fait monter le coût de la vie d’au moins 50%. L’équation est difficile.

Pour les futurs voyageurs, je tiens à disposition nos coûts de journées / personne (hébergement – nourriture – transport – divers) pour chaque pays traversé.

Un petit mot pour ceux qui connaissent le monde bancaire (il y en a parmi les lecteurs). Nous connaissions avant de partir la règle pour minimiser les frais bancaires de retrait et de paiement : payer par carte dès que possible et faire des gros retraits pour limiter les commissions de change. Malgré cela, les frais ne sont pas négligeables du tout : de 3 à 5 euros par jour en moyenne. J’en ai fait une plaisanterie : « bonjour les filles, c’est le matin, on n’a pas encore pris le petit déjeuner, mais vous devez déjà un euro à la banque. Vous avez donné votre euro à la banque ? » … La vie est belle pour les banquiers …

Le contenu du sac. On se pose beaucoup de questions avant de partir sur ce qu’il faut emporter ? Je pense que l’enjeu est surtout le poids, sachant qu’on peut toujours s’alléger, s’équiper ou remplacer en cours de route. Quand on fait un tour du monde, on ne part pas sur la lune. On trouve de tout presque partout et parfois beaucoup plus simplement que chez nous.

Une anecdote à titre d’exemple : un après-midi à Siem Reap (Cambodge), l’alimentation électrique de notre ordinateur portable HP Pavilion dm1 rend l’âme. Vais-je pouvoir remplacer ce bloc d’alimentation ? Le faire réparer, je n’y pense même pas …  Les fabricants d’ordinateurs, de téléphones, d’appareils photos, sont les rois pour ne pas s’entendre sur des standards de périphériques. La ville de Siem Reap est certes en plein boom touristique mais bien entourée de campagne. Sans grand espoir, je marche au hasard dans la rue de notre hôtel en me disant que d’ici trois jours, à Bangkok, j’arriverai bien à trouver un revendeur HP ou un spécialiste des chargeurs. Je m’arrête au bout de 100 mètres dans un boui-boui boutique qui semble essayer de vendre quelques imprimantes de bureau. Aucun client, juste trois vendeurs debout plus un chef assis à une table, au centre.

– Bonjour, vendez-vous des ordinateurs ?

– Non, mais puis-je vous aider ? (en montrant l’objet)

– L’alimentation électrique de mon laptop ne fonctionne plus.

– Faites-voir, je vais tester. (30 secondes après) – En effet.

– Voici les caractéristiques. (j’avais pris soin de les écrire bien lisiblement et de manière exhaustive sur un papier) – Connaissez-vous un magasin qui vendrait ce genre de choses ?

(le gars prend le bloc alimentation d’une main et son téléphone portable de l’autre. Il appelle quelqu’un, parle en khmer à son interlocuteur. Ca dure une minute.) – Voilà, ça vous coûtera 18 dollars pour en avoir une neuve.

(surpris) – D’accord, où dois-je aller ?

– Attendez ici, sur cette chaise. (5 minutes après, un gars arrive à moto avec un bloc alimentation dans sa poche. Il me tend l’objet. Je vois que c’est la même fiche mais pas de marque de constructeurs. Je branche, le voyant de chargement s’allume, ça marche).

Super, merci, je vous laisse l’ancien bloc ?

– Oui merci beaucoup, on va essayer de le réparer …

Voilà, ça a pris une demi-heure. Le métier de cette boutique n’était pas du tout de vendre des accessoires d’ordinateurs mais les choses sont plus simples ici et le sens du service existe vraiment. J’avais aussi oublié un instant que l’Asie est l’atelier d’électronique de toute la planète.

Un ou deux mots tout de même sur ce qui est plus difficile à dénicher : le choix des vêtements pour enfants est limité, notamment pour les chaussures et … les maillots de bain … Quelques accessoires qui peuvent sembler tout à fait futiles, mais qui s’avèrent bien utiles dans notre voyage et que nous n’avons pas trouvés :

– un couteau-suisse (je ne pensais pas que ça servirait autant)

– des pinces à linges (on s’en sert assez souvent mais ici ça n’existe pas)

– des bouchons-oreilles (le monde est bruyant …)

– des bombes de répulsifs moustiques efficaces.

Mieux avoir ses provisions.

Pour Noël, nous avions demandé à la famille de nous apporter de France du chocolat, du camembert et du vin rouge. Nous trouvons tout cela à Bangkok facilement, mais à quel prix ?

Je disais que l’enjeu est le poids. Un ennemi de taille dans le domaine, ce sont les livres. Alors, on renvoie, on remplace ou on échange : une certain nombre d’hôtels ou de guesthouses offrent ce service. On trouve aussi pas mal de librairies d’occasion qui achètent et revendent. Mais attention, en général, le choix c’est une centaine de titres en anglais pour seulement deux ou trois en français. Mieux vaut aimer lire la langue de Shakespeare. Nous remarquons aussi de plus en plus de gens qui voyagent avec des e-books. C’est sans doute une excellente solution.

L’école. Nous avons fait le choix du CNED. Ce n’est pas celui de toutes les familles. L’avantage est que l’année scolaire est totalement structurée : les cours sont bien faits, attractifs et faits pour que les enfants travaillent seuls. Et il y a des évaluations régulières dans chaque matière. Le CNED finalement, c’est très pratique pour les parents.

L’inconvénient ? Il y a du boulot … Nos deux filles aînées sont inscrites en 6ème et 5ème avec donc sensiblement la même charge de travail. Au début, on a essayé de tenir un emploi du temps. Ca a marché une semaine. Depuis, les filles travaillent quasiment tous les jours, environ deux ou trois heures par jour, 7 jours sur 7. Quand il y a une journée sans école (comme une journée de transport par exemple), il faut rattraper. Pas de week-ends et (presque) pas de vacances. L’avancée du travail est en fait déterminée par le calendrier de renvoi des devoirs du CNED. Parfois, à quinze jours de la date, elle mettent les bouchées double et nous suivons de près l’avancement des séances. Elles travaillent sur un support papier condensé ou plus rarement sur l’écran de l’ordinateur. Les conditions sont souvent « spéciales » : à la terrasse d’un café, dans un hall d’aéroport, avec le bruit des vagues, celui de l’appel à la prière du muezzin, à la lumière d’une lampe frontale si l’électricité est coupée … Mais leur capacité de concentration reste globalement très bonne. Elles se sont bien adaptées les petites …

Pour le renvoi des devoirs, nous avons un système de photos – e-mail – réimpression – postage qui peut paraître compliqué mais qui fonctionne très bien. Pour cela, notre correspondant en France est infaillible. Les notes aux évaluations sont bonnes. Personnellement, pas de regret pour le choix du CNED.

De son côté, notre 3ème fille, en grande section de maternelle, fait des maths,  l’apprentissage de l’écriture avec des boucles et des ronds, de la lecture avec des rimes et des syllabes.

Enfin quand elle est fatiguée, elle se repose …

L’hébergement. Nous consultons beaucoup les adresses du guide du Routard ou du Lonely Planet que nous avons avec nous pour chaque pays. C’est globalement très fiable, à condition que le guide soit très récent. Nous réservons peu souvent et nous trouvons toujours quelque chose. Je préfère ne pas réserver car on négocie mieux et on se rend compte de visu si ça nous convient vraiment. On évite ainsi les chambres sans fenêtres, minuscules ou sales. Isa aime quand même bien avoir un aperçu des endroits où on pourrait séjourner. Elle déniche parfois des prix cassés sur les sites de réservations d’hôtel. C’est vrai que c’est bien de savoir où nous allons dormir quand nous arrivons tard dans un endroit.

Nous avons testé de nombreuses formes de logements : auberges de jeunesse, campings, lodges, chambres d’hôtels dans une tour, dans une petite maison, appartement, petite villa, guesthouses (maisons d’hôtes), homestay (chambres chez l’habitant), bungalows, paillotes … Notre préférence va pour les guesthouses qui ont une vraie identité et permettent un contact avec les habitants. On s’y sent souvent comme à la maison.

 

L’administratif, enfin. Peu de choses à dire. Cela concerne les visas ou autorisations d’entrée sur les territoires. Pour les pays d’Asie qui exigent un visa payant, nous avions acheté ceux de l’Indonésie et du Vietnam avant de partir. On s’est rendu compte qu’on aurait pu les faire en entrant dans ces deux pays, pour un prix inférieur de 20% … Pour l’Australie et les Etats-Unis, il faut faire les démarches d’autorisation par internet.

Voilà, à toutes fin utiles … Fred

18 réponses à “Un bilan pratique à mi-parcours

  1. Enfin le temps de vous lire plus à fond car ce sont les vacances pour les Drômois et nous, nous sommes en vacances au ski, à Saint Véran (Queyras).
    Si mes enfants me laissent l’ordi, je lirai les articles en retard mais vous avez l’air très en forme. Nous, nous sommes à 2000 m d’altitude et il commence à faire plus chaud (- 20°C en début de semaine). La neige est bonne mais les vacanciers suivants n’en auront plus beaucoup avec le grand soleil ! On se ressource, on se repose, car la reprise à plein temps pour moi cette année n’est pas de tout repos (et un CP-CE1, ça occupe !)
    Vos photos sont splendides, colorées, dépaysantes. Nos enfants sont très curieux de cette expérience. Continuez à bien en profiter !
    Bises à toute la famille.
    Annabelle (la soeur d’Alex !)

  2. Très instructif cet article: toujours un plaisir de vous lire !!!
    Mais découvrir Fred en maitre du budget ca reste une grande part d’émerveillement (serait ce l’effet Nouvelle Année?) Quand à découvrir le vol des banquiers entre autre sur les frais bancaires ce n’est qu’une surprise pour toi car nous on connait ca au quotidien !! Tu n’auras pas une femme Banquière toi ??

    Grosses bises à vous 5.

  3. bon ok Fred, l’organisation, le coté pragmatique et utiles de tes infos mais question priorités prioritaires : comment vous faites pour suivre les matchs de l’OM ?
    parce que quand même en 32e de CdF, la victoire 5-0 au SdF contre le Red Star t’en parles pas un seul instant !!
    bises de Marseille à vus 5,
    Courage les filles, quand Papa vous fait faire les devoirs il ne vous emmène pas faire du radeau en 4×4 !!!
    ;-))
    jm « 18 ans d’âge bientôt 19 » tt

    • Très bien cette qualification contre le Red Star. L’OM venge le club d’où vient une famille bretonne que nous croisons autour du monde : Locminé, éliminé en 32ème, mais de justesse semble-t-il, par un autre club parisien en 3 consonnes dont j’ai oublié le nom … Fred

  4. J’ai beaucoup aimé cet article qui est tant explicite. Hé les filles, vivement le retour en France pour pouvoir profiter enfin des vacances lol. Gros bisous à tous.

  5. Bon, les filles : l’école 7 jours sur 7. C’est le bagne..
    Ces professeurs sont vraiment terribles. Vivement les vacances…
    Bisous
    M. Luce.

  6. Très pédagogique cet article , fred .
    Je suis étonnée de ta surprise de l’euro journalier pour les banques : Isa ne t’avait pas encore détricoté toutes les ficelles du métier ?
    Les filles autonomes dans leur travail scolaire à mon avis est la qualité première pour faire de bonnes études !
    Enfin , tu démystifies un peu le TDM ce qui rassure les postulants .
    Bises à vous 5
    Huguette

  7. Voilà un article qui n’est pas passé inaperçu chez nous !

    Nous partons nous aussi faire un tour du monde en Aout prochain avec nos 3 enfants sur un parcours très similaire au votre, à l’exception de l’Afrique.
    Nous sommes en train de peaufiner l’itinéraire et nos étapes et grâce à vous, nous abordons les préparatifs avec plus de sérénité !
    Nous venons de vous envoyer un message via le formulaire de contact pour ne pas surcharger inutilement les commentaires du blog.

    Mille mercis pour vos infos et vos belles photos.

    Le club des 5 (bientôt) autour du monde;-)

  8. Bonjour,
    Merci pour ces éléments. je serai à l’avenir interessée par votre budget ùais ça attendra largement votre retour, le départ n’est pas pour tout de suite….

  9. Bonne année 2012 à la famille Michalec ! Nous sommes 100% d’accord avec ce bilan après 2 mois de voyage, pour nous. Le poids des bagages est vraiment le point à ne pas négliger. Si vous avez des adresses sympa en Thailande (Chang Mai, Bangkok, Kho Lanta), nous sommes preneurs.
    Bonne continuation à vous
    La belle parenthèse (Famille Cayrol Fouet)

  10. C’est vrai que vous voilà déjà à mi-parcours ! Pour vous, je me demande si ces premiers mois vous ont paru passer vite, lentement ou normalement ?… Pour nous, il me semble que ça passe finalement assez vite. J’ai l’impression que la soirée du 16 juillet n’est pas si loin… Votre blog et vos chroniques – nombreuses, passionnantes et fort bien illustrées – font sans doute que nous avons l’impression que vous n’êtes pas si loin que ça ! Alors profitez bien de la dizaine de jours qu’il vous reste à passer en Asie ! :-)) Bises à tous.

  11. Meilleurs voeux à vous 5 pour cette nouvelle année! Continuez votre parcours avec toujours autant d’enthousiasme!
    Merci pour vos bons tuyaux et vos remarques qui vont servir à de futurs voyageurs :-)… Nous serions éventuellement preneurs du fichier des dépenses pour établir notre propre budget…
    Bonne suite.
    la famille Séchet

  12. Merci, merci, merci de partager tous ces moments avec nous ! Chacun de vos messages est un vrai bol de grand air !
    Plein de bises à vous 5,
    Les Honthaas

  13. Bilan pratique de Marseille :
    Jeudi nous avons été invités à une commission permanente exceptionnelle avec la commission permanente du collège Romain Rolland.
    En effet, les effectifs devraient encore baisser à la rentrée prochaine et ça va devenir « invivable ». On nous parle de fusion… rien n’est encore décidé mais nous devrons officiellement donner notre avis à un CA exceptionnel le 17 janvier avant la décision du rectorat et du conseil général début février au plus tard (si tout se passe bien)
    Quand vous reviendrez, vous n’intégrerez donc peut être pas le collège provisoire qui aura peut être laissé place à un terrain de sport.

  14. Grosses bises à la famille MICHALEC et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s