Archives mensuelles : février 2012

Vol QF92 pour Sydney

De retour en Australie, nous repassons par Sydney où nous resterons une bonne semaine. La ville est riche en monuments et sites culturels. Avant d’approfondir la découverte, partons pour une petite visite guidée, avec quelques photos prises par une belle journée d’été, lors de notre premier passage.

A tout seigneur tout honneur. Depuis son ouverture en 1973, il est l’emblème de Sydney. Pour sa conception, son architecte s’est inspiré de quartiers d’oranges, d’escargots, de cœurs de palmiers, de voiles de bateaux et de temples mayas … Son toit de 67 mètres compte plus d’un million de tuiles autonettoyantes. C’est  bien sûr l’Opéra.

Il relie les deux rives de la baie. Les habitants de Sydney le nomme « the old coathanger » (le vieux cintre). Ce colossal monument d’acier qui fait la fierté de la ville depuis 1932 est Harbour Bridge. C’est la « Tour Eiffel » australienne en quelque sorte …

Port historique de Sydney, c’est là où tout a commencé, en 1788, avec le capitaine britannique Artur Phillip. Aujourd’hui, c’est un point de convergence avec ses quais de  ferries mais aussi sa gare de trains et de bus. Comme dans nombre de grandes métropoles occidentales, le lieu est aménagé en espace touristique et récréatif. C’est Circular Quay.

Dans un centre-ville de buildings, il y a forcément une plus haute tour. Vue de la rue, voici la Sydney tower.

Encore plus qu’à Melbourne, l’architecture mêle bâtiments d’époque victorienne, édouardienne et de période contemporaine.

Entrons maintenant dans un musée. Les Musées d’Art Contemporain ont parfois l’avantage de rendre les visites suffisamment ludiques pour que cela intéresse les enfants. C’est chose faite au MCA grâce à l’exposition temporaire Recorders, de l’artiste Rafael Lozano-Hemmer … Les œuvres utilisent des outils d’enregistrement audio et vidéo qui surprennent le visiteur. On se promène à l’intérieur de l’œuvre et on fonctionne avec elle.

En entrant dans cette salle, une caméra filme des plans de visiteurs puis projette leur image avec quelques secondes de retard sur un mur, pendant que sur ce même mur, une lumière fait apparaître les ombres d’autres visiteurs.

En passant devant ce miroir, un capteur repère le blanc des yeux d’un visiteur et dégage une fumée blanche depuis ces points de repères. Ici, ce sont les yeux de Cléo qui semblent brûler …

Une dizaine de salles se succèdent ainsi et permet de réconcilier les enfants avec les musées. D’ailleurs, Mady ne s’y trompe pas, elle est désormais partante pour les musées, « s’il y a des jeux dedans ».

Sinon à Sydney, nous essayons aussi un endroit inédit pour faire l’école : le parc en plein après-midi. Il faut savoir que les parcs de Sydney, sont très accueillants, verts, ombragés, propres, avec un gazon à rendre jaloux les jardiniers de Wimbledon.

Mais par une température de 25°C, les filles ont vite fait de s’allonger sur la pelouse pour (essayer) de travailler. Avec la plus petite qui se défoule, la concentration devient difficile …

Et cette petite, lorsqu’elle se retrouve dans l’appartement pour faire ses lignes d’écriture, elle le fait un peu par-dessus la jambe.

Voilà, nous reprenons cette semaine notre programme d’école le matin et de visite l’après-midi. Cette année, l’école est grandeur nature avec application directe sur le terrain. Actuellement Léna étudie en géographie le thème de l’accès à l’eau avec un cas pratique sur la sécheresse en Australie ; en anglais, les exercices portent sur la visite au zoo de Taronga et les liaisons maritimes de Sydney.

Le hasard fait bien les choses …

Fred.

Publicités