Des plages de rêve

Pas rassasiés des plages de Nusa Lembongan, nous décidons finalement de nous rendre à Lombok qui promet de belles étendues de sable fin et une eau turquoise. Pour nous y rendre, le plus rapide est de rejoindre Padangbaï à Bali et pour ça, nous allons passer une heure sur un bateau traditionnel balinais (8m de long et 1m de large) avec 3 marins balinais, nos bagages, quelques paniers vides et surtout une impression pas très rassurante, à la vue de l’embarcation et des remous que nous avions eus à l’aller !  Mady s’endort rapidement, ce qui m’arrange car au moins, elle ne nous transmet pas sa peur. Au final, tout se passe bien, même si nous sommes trempés !

Le lendemain, on embarque à 8h30 sur un ferry pour Lembar, port de Lombok : durée prévue de la traversée de 25km : 4h. Nous trouvons des places dans ce qui semble être la première classe, au milieu d’Indonésiens qui mangent, fument, téléphonent, écoutent leur MP3 hyper fort et louent des matelas à même le sol pour dormir pendant la traversée. On comprendra vite que la position allongée est la moins inconfortable ! Ces 4h se sont transformées en 6h30 de traversée avec un roulis très marqué surtout lorsqu’on regarde par la fenêtre et que l’on voit le niveau de l’eau monter et descendre avec une amplitude énorme. Nos estomacs tiennent le coup, mais je l’avoue, j’ai eu très peur. En même temps pour l’équivalent de 20 € à 5 pour ce trajet, incluant le transfert en taxi jusqu’à notre hôtel à une heure de route, on ne peut pas s’attendre à mieux…

 Nous passons 3 jours à Senggigi alternant école et belles plages, mais de sable gris, ce qui pour rappel ne répond pas totalement à l’objectif.

Nous décidons donc de poursuivre vers le sud de Lombok, à Kuta, réputé pour son sable blanc et fin. Nous en profitons pour visiter encore quelques temples hindouistes (il y en a, même si l’île est majoritairement musulmane) ainsi qu’un village de potiers de la tribu Sasak. Une gentille villageoise nous fait traverser un village très pauvre pour aller voir un couple travailler sur des jarres qu’on leur commande depuis l’étranger. Ici, tout est fait à la main, même le tour fonctionne manuellement. Les enfants n’osent pas essayer, malgré les propositions des potiers. Dommage.

Nous voilà enfin à Kuta Lombok, qui n’est pas vraiment un village mais une route bordée d’échoppes précaires pour touristes surfeurs et de quelques bungalows. Les villageois vivent sur la plage dans des cabanes qui s’apparentent à des bidonvilles, vont chercher l’eau au puits et vivent des quelques ventes aux touristes (sarongs, fruits, DVD…). Nous y découvrons de belles plages.

Mais nous voyons surtout l’envers du décor : la plage et l’eau sont souillées de sacs plastiques, et autres emballages avec une densité telle que nous renonçons même à nous baigner.

Nous avions déjà compris que sur ces îles, il n’y avait pas grand-chose de prévu pour le ramassage des ordures, mais là, la carte postale est bien gâchée. Le lendemain, nous essayons une autre plage qui s’avère bien plus propre. Tout cela était peut-être dû au vent après tout …

A part ça, notre chasse aux lézards dans les chambres, rituel de la nuit tombée puis du coucher explique peut-être les premières remarques des filles qui regrettent de ne pas dormir dans leur maison … Plus nous allons vers l’est, plus les lézards grossissent. Maintenant, ce sont des geckos et des petits varans (pas dans la chambre quand même). On va changer de direction car si nous continuons, dans 2 îles, on arrive à Komodo et ses varans géants.

PS : la réponse à la devinette de l’article précédent c’était 3 bien sûr ! Nous 5 + 3 chauffeurs = 8 personnes + 8 bagages, ça tient sur 3 scooters …

Isa

11 réponses à “Des plages de rêve

  1. mariechrsit@hotmail.fr

    tres contente d avoir de vos nouvelles , et oui les gens sont tres sales je ne suis pas étonnée.les filles ont l’air tres fatigué sur le bateau amuser vs bien profiter de tout ces moments magiques et de gros bisous a bientot

    • Sur la photo les filles semblent fatiguées mais c’était juste le temps de la traversée en bateau. En ce qui concerne les pots réalisés par les villageois sasak, on ne sait pas l’usage, mais c’est sûrement pour faire de la décoration ou des cache-pots. La guide nous disait qu’ils étaient fabriqués uniquement sur commande et seulement pour l’exportation. Il semblerait que le sud de Lombok veuille d’ailleurs copier le destin touristique du sud du Bali (après tout, il y a les mêmes cassures de récifs pour le surf !). Dans ce pays où la langue maternelle est le sasak, un aéroport international va ouvrir dans un mois. Le gouverment indonésien imposerait aux habitants d’apprendre le bahasa indonesia, la langue nationale. Bientôt l’anglais ? Nous avons visité une maison dans laquelle un prof montrait l’alphabet indonesien (c’est le même que le notre) sur un tableau à des élèves de tout age, jeunes et anciens. L’aéroport permettra aussi aux musulmans des petites Iles de la Sonde (majoritaires à Lombok, Sumbawa et Sumba) de se rendre plus facilement en Arabie Saoudite pour le pélerinage de la Mecque. Sinon, les villages sasak vivent encore beaucoup en communautés de quelques centaines de personnes, qui se marient entre cousins. Les hommes travaillent dans les rizières, les femmes fabriquent des tissus. Les villageois vivent dans des huttes faites d’argiles, de bouses de vaches, de bambous, de feuillages séchées, surmontées d’un grenier à riz. La vie en communauté à l’écart de la mondialisation nous démontre qu’une vie matériellement sobre est tout à fait possible. Les conditions d’hygiène sont cependant douteuses. Enfin les filles étaient un peu troublées de voir 2 ou 3 personnes avec des malformations aux pieds, aux mains, des visages déformés … Conséquences de la consanguinité inévitablement … Fred

  2. Salut les cousins, cousines
    Des emballages à Bali, c’est ballot ! NE vous en faites pas, il y aura d’autres plages superbes sur votre parcours.
    Continuez à nous faire rêver et, comme dirait Marie, à chaque fois qu’elle lit vos posts et vois les photos : « ils ont trop de chance !  »
    Profitez-en bien

    manue and co

  3. Depuis Bali, on a l’impression d’être en vacances avec vous !
    Après les émotions du départ et des premières semaines, ces jours de rêve vous les aviez bien mérités. Et on voit que le moral (sans « e » comme le soulignait mailcieusement Jacques Martin) est bon.Quant à l’école, je pense que vous n’avez pas de souci à vous faire…
    Aurons-nous bientôt un prochain reportage des filles ? (et pas pour vérifier l’orthographe !)
    Vos photos et commentaires sont toujours passionnants. Merci de penser aussi souvent à ceux qui restent. Continuez bien.
    Bises à tous

  4. Je pense, Léna, que vu la tête que tu fais sur la photo du bateau, tu ne supportes pas mieux le bateau que la voiture. Le roulis, c’est terrible.Quand à la chasse à laquelle vous vous livrez tous les soirs, j’espère qu’elle vous guérira de la peur de mes petites araignées…
    Continuez tous à prendre beaucoup de plaisir, bonnes baignades
    et bons baisers.
    Mamie Luce.

  5. Est-ce que vos « geckos » ressemblent à ceux présentés ici –> http://www.wildherps.com/species/G.gecko.html ou ici –> http://www.gekkota.com/html/g__gecko.html. Et savez-vous que son nom provient du malais « Gekoq », qui est une onomatopée correspondant au cri d’un gecko indonésien… qu’il est capable de pousser un cri puissant lorsqu’il est dérangé et qu’on le rencontre en Asie, dont Thaïlande, Cambodge, Laos, Viêt Nam, Malaisie, Indonésie. Vous n’avez donc sans doute pas fini d’en rencontrer… Aïe Aïe Aïe ! Courage les filles ! Essayez de les apprivoiser… Bises

  6. quelle belle poterie ! c’est ça avoir du talent .quel en ai l’usage ? est-ce que ces jarres servent à quelque chose , ou pour la déco ? au choix de chacun je pense !dans tous les cas c’est très beau . pour les plages , dommage toute cette pollution ; c’est triste de voire ça .les gens sont sales ; quand vont-ils prendre conscience qu’il faut protéger la nature !….bonne continuation , à bientot de vos nouvelles .

  7. Je commençais a m inquiéter vous nous laissez jamais tant de temps sans nouvelles !!! Vos articles sont géniaux continuez bisous a tous

  8. Michalec Huguette et Georges

    Le gecko , Lena , tu connais ! Je me souviens d’en avoir chassé un dans votre chambre bd Boissy , il y a quelques années , ce mini lézard transparent que tu as voulu voir une fois  » occi  » pour accepter de t’endormir ; tu ne te souviens plus ?
    Les belles plages , ça se mérite : du roulis , de la peur , on n’est pas jaloux .
    Que conserve -t on dans ces magnifiques jarres ? de l’huile , du vin
    ou est-ce un cache-pot pour olivier ?
    Bises à vous 5 .
    Mamie .

    • Coucou c Lena, les geckos, ici font 25 cm sur 5 cm et ils peuvent entrer dans les chambres car parfois les fenetres sont ouvertes, je me souviens de cette histoire et je préfère donc dormir dans les chambres à Marseille.

  9. Merci pour ces nouvelles ! Est-ce que vous avez réussi à caser une jarre dans l’un de vos sacs ? Hi ! Hi ! Et vive les matières plastiques… Profitez bien de ces superbes paysages ! Bise à tous les 5.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s