Archives quotidiennes : 6 octobre 2011

Nos cousins à poil roux

C’est moi, Lena, qui écrit. D’abord je veux dire que je vais mieux.

Après quelques jours à Jakarta, nous prenons l’avion pour Sumatra. Nous arrivons à Medan, au nord de Sumatra et de là nous prenons le bus pour aller à Bukit Lawang. C’est le bus le plus vieux et le plus sale qu’on n’ait jamais pris depuis le début du tour du monde.

Bukit Lawang est un village au bord de la jungle, d’une rivière et d’un parc qui protège la forêt contre les nouvelles plantations de palmiers à huile.

La forêt se rétrécit et donc il y a moins de place et de nourriture pour les Orangs-Outans. En plus, les Orangs-Outans mettent beaucoup de temps pour se reproduire (une femelle Orangs-Outans ne peut avoir qu’environ 5 bébés dans sa vie et certains bébés meurent avant d’être adultes). L’espèce est donc menacée, on n’en trouve plus qu’à Bornéo et dans ce parc protégé de Sumatra.

Nous partons donc, ce matin, 5 octobre, pour une marche de 3 heures, avec notre guide Alex et deux autres hommes, un qui nous aide à trouver les Orangs-Outans et un autre pour porter Mady (en fait elle a fait la marche toute seule). Cet homme fait toute la randonnée pieds-nus. Terrain boueux, pentu, glissant, c’est très humide, il fait chaud et un peu sombre.

C’est fatiguant et j’ai un peu mal au ventre parce que je n’ai presque rien déjeuné. Les Orangs-Outans sont un peu difficile à observer dans la forêt et avant eux on voit d’autres singes : le Langur Thomas, le Gibbon et le Macaque à longue queue.

On aperçoit quand même les Orangs-Outans de loin : une femelle et son bébé.

On  continue à marcher et  Mady en a marre d’entendre les bruits de la jungle faits par des petits animaux (des criquets). Alex lui dit alors : « Viens voir des gros animaux». A ce moment là, nous arrivons dans une clairière. Suspendue à un arbre, une femelle Orangs-Outans de 17 ans et de 40 kg environ est en train de manger des rondelles de bananes que le guide a accroché en bas du tronc pour l’attirer. Il y a aussi son bébé à quelques mètres dans un autre arbre, c’est génial ! … Mais dès que le bébé s’approche pour rejoindre sa mère, elle s’éloigne (on ne sait pas trop pourquoi).

Nous continuons notre balade et nous arrivons à un autre endroit où l’on voit des Orangs-Outans de loin et d’autres singes encore. Les Orangs-Outans nous repèrent et s’approchent de nous …

Cette fois, un des guides sort un ananas pour que l’on mange et pour aussi donner l’écorce aux Orangs-Outans, qu’ils rongent et recrachent.  Je donne une écorce à la femelle, je me retourne pour qu’on me prenne en photo avec elle et elle tente de me donner une claque ! Heureusement  Alex m’écarte du bras…

La balade se termine, on descend et on prend un canoë juste pour traverser la rivière.

On a tous bien aimé la randonnée, mais Mady n’a pas aimé salir son pantalon …

Il faut protéger la jungle pour garder l’espèce des Orangs-Outans, qui signifie en indonésien «les hommes de la forêt ».

Lena

PS : Mady a oublié son doudou dans un taxi à Medan et heureusement elle l’a remplacé par son chèche.

Publicités