Archives de Catégorie: Indonésie

Ils consommaient la chair de leurs ennemis …

… après les avoir décapités, découpés et frottés d’ail et de piment …

Nous sommes en territoire batak, un peuple d’origine thaïlandaise. Il y a quelques siècles, les Batak se sont enfoncés dans l’arrière-pays, autour du Lac Toba. Je poursuis la description du Lonely Planet, qui n’a pas son pareil : « les Batak faisaient partie des ethnies les plus belliqueuses de Sumatra et leurs villages se combattaient sans cesse. D’une méfiance extrême, ils construisaient ni sentiers ni ponts, pour relier les différentes communautés. La pratique du cannibalisme rituel impliquant de consommer la chair des ennemis tués ou des personnes jugées coupables d’une violation grave de l’adat (loi coutumière orale) perdura chez les Batak Toba jusqu’en 1816. »

Les Batak sont toujours présents mais rassurez-vous, ils semblent aujourd’hui bien pacifiques. Ils ne mangent plus les humains, peut-être seulement les chiens. Voici Fernando, qui tient son neveu dans les bras.

Les spécialités Batak, ce sont la musique, la lessive dans le lac et les « magic mushrooms ».

On peut les consommer nature, en omelette ou dans le thé. Ca doit aider à jouer de la musique. Plusieurs fois par jour, les Batak prennent leurs guitares et chantent ensemble. Mercredi et samedi, nous assistons aussi à un spectacle de danses traditionnelles : quelle excellente ambiance de fête !

Voilà donc une semaine que nous vivons sur l’île de Samosir, précisément à Bagus Bay Homestay, la guesthouse dans laquelle travaille Fernando. Nos chambres se trouvent à quelques dizaines de mètres des berges du lac, dans une maison d’aspect traditionnel.

Le climat est très agréable et notre programme est tranquille : école, billard-pool, couchers de soleil et baignade dans le lac (on dit qu’il est un des plus profonds de la planète) … Un jour nous décidons de faire un tour de l’île en scooter, mais comme nous choisissons le seul après-midi pluvieux, l’escapade est de courte durée. Finalement, nous ne sortons presque pas. Avec huit nuits d’affilée au même endroit, nous rétablissons l’équilibre avec les périodes itinérantes. Depuis Bali, nous changions de lieux tous les deux jours en moyenne.

A Bagus Bay, nous faisons connaissance avec Nadine, David et leurs filles Léara (10 ans), Nora (4 ans) et Anouk (2 ans), une famille suisse allemande qui voyage pour dix mois en Asie du sud-est. Ils sont partis cet été et se déplacent comme nous, mais pas du tout à la même vitesse : ils restent toujours plusieurs semaines au même endroit. A noter que leurs deux petites filles font toujours la sieste. A leur contact, nous apprécions les avantages de ce rythme : peu de logistique et des échanges plus poussés. Ces gens sont très sympathiques et nous avons vraiment le temps de discuter avec eux chaque jour. Mady joue avec les petites. Lena, Cléo et Léara jouent au billard et aux cartes. Elles parlent en anglais et s’amusent à se traduire des mots en français et en allemand. Nous sommes contents de voir que la barrière de la langue n’est plus un problème pour les enfants … quand elles ont le temps de faire connaissance … Elles transforment aussi le restaurant en salle de classe : leçon de français pour Léara, d’histoire pour Lena. Sur les tables, les cahiers côtoient les pots de sauce tomate et de sauce piment.

Et la cour de récréation, c’est le jardin …

C’est bientôt la fin du séjour avec les Indonésiens : des gens au contact facile, gentils, souvent drôles, et très attachants. Dans 5 jours, nous partons vers Bangkok … et ses inondations …

Fred

Publicités